Vincent CECCARELLI

Champion de France 2003 à Montdidier
dimanche 17 août 2003
par  Marc salama
popularité : 8%

Classement au championnat de France 2004

Classement au championnat de France 2003

Classement au championnat du Monde 2003


Je suis un pilote du sud-ouest et je vole principalement en paramoteurs au dessus des lacs et en bord de mer.

J’habite Bordeaux, exactement Blanqueford et je m’entraîne également au dessus des vignobles et des estuaires .

(Pour les championnat de France) j’ai utilisé une voile de marque ITV, assez dure à lever mais surtout très vive en maniabilité ce qui m’a permis de ne pas louper les manches de P.A. (Précision à l’Atterrissage) très importantes car il ne faut pas perdre de points et c’était un typede manche qui permettait d’avoir un moteur très économique malgré une voile peu rapide ce qui m’a avantagé dans les manches de consommation qui sont importantes, elles représentent 30% des points.

(Pour le championnat du monde) on m’a conseillé de prendre une nouvelle voile qui était beaucoup plus facile à lever parce qu’à Long Marston, il risque d’y avoir du vent et là-bas il semble important d’avoir ce type de voile. La tendance actuelle et plutôt d’avoir des voiles très rapide donc j’ai un peu suivi le mouvement pour ne pas être désavantagé. J’ai donc pris une voile mixte qui est à la fois économique et suffisamment rapide pour pouvoir suivre le train sans me faire distancer.

Le moteur est le même que pour le championnat de France c’est a dire un petit Vittorazi (14CH, 80cc), à refroidissement liquide c’est un moteur très fragile que j’utilise uniquement en compétition, j’essaie d’en prendre le plus grand soi c’est pour cela que dans les manche de vitesse je vais rarement à fond car ça sollicité trop le moteur.

L’aventure du championnat de France avait déjà commencé un mois avant avec la fabrication de ce fameux châssis où j’ai installé le moteur. J’avais fais quelques aménagements que n’avaient pas mes concurrents, c’est a dire une visse de richesse qui était réglable en l’air ce qui me permettait en cours de manche de gérer les risques que je prenais, c’est a dire de faire un début de manche en appauvrissant au maximum ma consommation et par la suite, en voyant où mes concurrent avait casser ou fait demi-tour, de réenrichir ma consommation ce qui me permettait de rentrer tranquillement. Il y avait l’autre aménagement comme les sondes de température qui me permettait aussi de vérifier mon moteur et le dernier avantage était le déplacement du radiateur ce qui permettait un meilleur refroidissement.

Ensuite, au niveau du championnat, j’ai géré différemment ma course par rapport à mes concurrents qui étaient plus motivés par une première place alors que moi ce qui m’intéressais c’était les trois premières places, donc j’ai laissé à chaque fois partir mes concurrent devant pour ne pas faire la navigation, et pouvoir surveiller mon moteur, repérer le terrain et voir qui était dangereux. Les deux premières manches j’ai pas du tout attaqué. Il est arrivé une manche de consommation où je suis apparu supérieur à mes concurrents ; certains ont eu des ennuis et cela m’a permis de prendre une avance de points, ce qui m’a fait lever le pied sachant qu’il y aurait d’autres manches de consommation où je pourrais reprendre des points sans prendre de risques. Et puis, il y a aussi la chance, il faut que moteur tienne et évite de faire des bêtises et gérer la pression. Puis les deux dernières manches je me suis dit "j’attaque" en laissant évidemment penser à mes camarades que la troisième place me conviendrait.

JPEG - 29.7 ko
Vincent Ceccarelli
Champion de France 2003 à Montdidier

Pour le championnat du monde, j’ai changer de voile (Vulcane d’Ozone) donc j’ai dû changer ma technique de P.A. (Précision à l’Atterrissage), j’étais un petit peu embêtée parce qu’une voile très rapide sollicite un moteur qui lui est toujours fragile ; donc il se pose la question de savoir si on va prendre des risques ou pas en allant vite dans certaines manches. Contrairement au championnat de France, que je dispute depuis 4 ans, (au championnat du Monde) on ne connaît pas les risques et le type de manches à l’avance, surtout qu’on va être en équipe.

On aura un coach et se sera plutôt lui qui nous dira quand attaquer, en sachant que je n’ai pas assez d’expérience pour prétendre à un podium car ça n’est que ma deuxième année en équipe de France, donc se sera plutôt une course d’attente ou d’observation, je vais prendre de l’expérience et jouer énormément en équipe pour essayer de gagner.


Agenda

<<

2016

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois

Brèves

Toutes les bases ULM en Europe

samedi 31 janvier 2004

Un site en anglais

Organiser une compétition d’ULM

jeudi 29 janvier 2004

Le cahier des charges de la FFPLUM et les formalités à remplir pour l’organisation d’une compétition dans votre région.
Vous pouvez aussi contacter les organisateurs du Championnat de France 2003 à Montdidier pour un expérience de terrain réussie... Cliquez sur les Chiffons Volants.

L’autre site de la compétition ULM

mercredi 1er octobre 2003

Encore des photos et des infos complémentaires, notamment une évaluation de chaque compétiteur au plan mondial et l’historique des anciens championnats...

Medecine & Sports

mercredi 3 septembre 2003

Pour faire de l’ULM, mieux vaut être en forme... Vous trouverez ici le réglement médical en cours et le test de Ruffier.

Sur le Web : FFPLUM

Médaille d’or par équipe en paramoteurs au championnat du Monde

dimanche 31 août 2003

9ème championnat du Monde 2003